Fulbright @70

Educating for science - Women in science

Women in Science : la Commission franco-américaine et le programme Fulbright soutiennent les vocations scientifiques chez les étudiantes. Nous vous présentons ici le parcours de plusieurs jeunes femmes scientifiques lauréates particulièrement inspirantes.

 

 

 

Titre accordéon: 
Abigail Fields - Diplômée en biologie et en français: how is it to be a female student in science in an American university today?
Contenu accordéon: 

Titre accordéon: 
Radiance Calmer - Doctorante en météorologie et Fulbrighter à la Scripps Institution of Oceanography à l’Université de San Diego, en Californie (2016)
Contenu accordéon: 

La bourse Fulbright fut une surprise, un peu comme un cadeau tombé du ciel. J’étais loin de m’y attendre ! J’étais en thèse de recherche dans un labo de Météo-France afin d’étudier les nuages. Mon directeur de thèse était américain, à la fois chercheur en France et à Scripps Institution of Oceanography à l’université de San Diego, en Californie. J’avais déjà eu la chance de le suivre pour un mois à Scripps, j’avais commencé à explorer d’autres axes de recherche sur les nuages en collaboration avec des étudiants. Cependant, j’avais à peine compris comment le modèle de prévision fonctionnait qu’il me fallait déjà revenir en France. J’entamai alors des démarches auprès de l’université à Toulouse, de la région et autre afin de trouver une source de financement et rester plus longtemps aux Etats-Unis pour mon sujet de recherche. Je tombai par hasard sur la bourse Fulbright, mon directeur de thèse m’encouragea alors à déposer un dossier. Il était le seul dans mon entourage à connaitre le programme. J’avoue que je n’y croyais pas trop. C’est seulement le jour où je lui annonçai que j’étais sélectionnée que je compris à sa joie l’importance que Fulbright allait jouer dans mes recherches et mon chemin de vie. Grâce à la confiance que m’accordait le jury, j’embarquai pour six mois aux Etats-Unis en janvier 2017.

Une fois encore, il est difficile de résumer 6 mois de découvertes, rencontres et expériences en une page. Etudier à Scripps Institution of Oceanography fut un réel bonheur ! Cet institut est principalement orienté en recherche expérimentale, ce qui implique une intense activité de développement instrumental. C’était mes petites joies de découvrir au détour d’un bâtiment une bouée, un drone, un système bizarre, et d’observer les étudiants en plein travail. Au-delà de la mesure technique, Scripps est un institut leader dans la compréhension du changement climatique, mais aussi dans la communication au grand public sur les risques climatiques et environnementaux. En participant à des conférences, débats et séminaires, je me formai ainsi à communiquer sur le climat, domaine non seulement lié à mes recherches, mais aussi au centre de mon engagement citoyen.

Ponton de Scripps Institution of Oceanography, UCSD

En parallèle du milieu académique américain, je découvris un autre monde aux côtés de mes colocataires. J’eu la chance de trouver une chambre dans une vieille maison au cœur historique de La Jolla, à quelques pas de l’océan. Mes colocataires étaient lifeguards (ceux en short rouge qui surveillent les plages), pompier, nés à Hawaï ou en Malaisie. Chacun d’entre eux avaient une relation étroite avec l’océan, un lien fort qui les empêchait de vivre sans. Ils n’en avaient pas une compréhension intellectuelle comme les chercheurs de Scripps, pourtant l’océan était leur monde. Je n’avais jamais vécu près de la mer, et être plongée dans cet univers à la fois par le professionnel et dans le quotidien fut une réelle révélation pour moi.

Je voulu aller plus loin dans mon apprentissage de l’océan, c’est pourquoi je postulai pour devenir volontaire au Birch Aquarium de Scripps. L’aquarium de l’institut, c’est le lien entre la recherche, l’océan et le grand public. Des familles peuvent simplement s’y émerveiller face aux animaux, cependant si quelqu’un est curieux de comprendre les relations entre CO2, température, océan, et changement climatique, tout est là pour apprendre de manière pédagogique. Mon expérience de volontariat fut un bond pour mes connaissances sur l’océan. C’était un véritable plaisir d’interagir avec le public aux bassins tactiles, de les aider à toucher des anémones de mer, des oursins ou de leur parler des poissons et des écrevisses. J’appréciai tout autant les conférences réservées aux volontaires durant lesquelles le personnel de l’aquarium, des chercheurs de Scripps, des artistes nous enseignaient et nous formaient sur des sujets précis, les coraux, le phénomène de bioluminescence, etc.

Birch Aquarium

Le fait d’être soutenue pour le programme Fulbright signifiait aussi pour moi un engagement, un devoir de partage. Lorsque mon directeur de thèse évoquait l’école franco-américaine de San Diego, j’y reconnu une occasion de m’engager auprès des élèves. Grâce à deux professeurs de l’école, je montai un projet d’expériences à réaliser pour comprendre le changement climatique avec des classes de 6ème-5ème. Je remercie les élèves d’avoir été passionnés, car c’était la première fois que je me retrouvais dos au tableau à enseigner ! J’en garderai quelques souvenirs haut en couleur, entre le groupe qui fit un trou dans le terrain de foot pour récupérer de l’herbe, celui qui était prêt à inonder la classe, et celui qui finit par mesurer la température du coca plutôt que celle de l’air des flacons durant leur expérience ! Pas mal de choses à améliorer pour mes prochains projets, ce fut cependant un partage très riche pour moi et je l’espère aussi pour les élèves de l’école franco-américaine.

Classe de 5ème de l’école franco-américaine de San Diego, projet sur la compréhension des phénomènes liés au changement climatique

J’ai maintenant fini ma thèse, je continue cependant à travailler dans la recherche expérimentale pour l’étude des nuages, et espère devenir un jour chercheuse au CNRS. Je suis persuadée de revenir pour un long séjour aux Etats-Unis, j’ai tellement de choses à apprendre encore ! En moi, je garde la conviction d’avoir un rôle à jouer face au changement climatique, peut-être dans la recherche, peut-être dans la communication au grand public. Si j’ai aujourd’hui cette certitude, c’est entre autres grâce au programme Fulbright.  Je remercie la commission franco-américaine pour sa confiance, et tous ceux qui m’ont accompagnée lors de mon expérience aux Etats-Unis et qui m’accompagnent encore aujourd’hui.

 

Retrouvez ses contributions scientifiques à https://bit.ly/2s2b3xn et de nombreux autrse témoignages de nos alumni sur notre blog https://laureatscommissionfrancoamericaine.wordpress.com/

Titre accordéon: 
Suzanne Judd, Docteure en Nutrition et Sciences de la Santé : transmettre sa passion de la science et inciter les jeunes femmes à suivre leur vocation scientifique
Contenu accordéon: 

Suzanne Judd, chercheuse américaine en résidence à l'Université de Bordeaux jusqu'au mois de juin prochain, lauréate d'une bourse Fulbright, a été accueillie le 24 avril 2018 au lycée Saint Louis à Bordeaux pour y donner une conférence en anglais intitulée "Understanding Diet to Improve Population Health: the interesection of food, medicine, and statistics". Cette initiative a été organisée par la DAREIC avec la collaboration de la Commission franco-américaine Fulbright en partenariat avec le corps d'inspection.  

Lors de cette conférence, Suzanne a présenté pendant une heure, en anglais, son parcours de formation, ses expériences professionnelles, devant les étudiants de première année en section de technicien supérieur en Analyses de Biologie Médicale, en BioAnalyses et Contrôles, en Biotechnologies, Diététique et Métiers de la chimie, soit environ une centaine d’étudiantes et étudiants.

De nombreux professeurs ont assisté à la conférence, des professeurs d’anglais mais aussi des professeurs de biochimie-Génie Biologique et des professeurs de Sciences Physiques. Mme Bernadette Paccalin, DAREIC et M. Philippe Garnier, IA-IPR de biotechnologie étaient présents.

Suzanne Judd, a commencé sa présentation par une description de son parcours de formation et professionnel, avec une formation initiale d’ingénieur chimiste suivi d’une expérience professionnelle dans un grand groupe pharmaceutique. Elle a ensuite repris des études universitaires pour obtenir un doctorat en Santé publique. Elle bénéficie une bourse de mobilité Fulbright qui lui permet de mener ses recherches dans l’unité INSERM U1219 de l’Université de Bordeaux jusqu’en juin 2018.

Suzanne a partagé ses motivations, ses centres d’intérêt et passions qui sous-tendent ce parcours professionnel, mais a aussi partagé son expérience en tant que femme et scientifique notamment dans les relations professionnelles hiérarchiques.

La deuxième partie de son exposé s’est focalisée sur son travail de recherche montrant différents aspects de la recherche en épidémiologie pour mettre en relation les habitudes alimentaires et les risques notamment de pathologies cardio-vasculaires.

C'est une conférence qui a fortement intéressé les étudiant.e.s comme en ont témoigné leur attention et les nombreuses questions qui ont suivi l’intervention.

Retrouvez plus d'informations sur cette conférence sur le site de l'Académie de Bordeaux https://bit.ly/2I5vYsC et sur celui du Lycée Saint-Louis : https://bit.ly/2x7mysB

Dernières actualités

Faire un don

Faire un don

S’inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Fondations et Partenaires