Le Prix de thèse AFEA - FULBRIGHT attribué à Elodie Grossi

25/03/2020
Elodie Grossi

Le Prix AFEA-Fulbright 2020 est attribué à Elodie Grossi pour son travail sur "Race et psychiatrie de la fin de l'esclavage à l'époque contemporaine". Ce Prix d'un montant de 2500 € est destiné à soutenir la publication d'une thèse américaniste remarquable.

Le Jury s'est félicité de la qualité des candidatures et a exprimé ses félicitations à tous les docteurs qui ont concouru pour ce Prix.

Élodie Grossi est Maître de Conféreces en études américaines à l’université Toulouse Jean Jaurès. Agrégée d’anglais, elle était en résidence à l’UMI EPIDAPO (CNRS-University of California, Los Angeles) durant deux ans, entre 2015 et 2016. En 2017-2018, elle fut lauréate des bourses Fulbright et Georges Lurcy pour poursuivre ses recherches doctorales à l'université Tulane, à la Nouvelle-Orléans.

Soutenue en novembre 2018 à l'université Paris Diderot, sa thèse en sociologie intitulée « Bad Brains : Race et psychiatrie de la fin de l'esclavage à l'époque contemporaine aux États-Unis », a été conduite sous la direction de Dominique Vidal (URMIS) et Paul Schor (LARCA) et a reçu le prix de thèse PSL-SHS 2019 dans la catégorie Interface Sciences/Humanités.

Les recherches d’Élodie Grossi portent sur l'histoire sociale de la psychiatrie racialisée dans le Sud ségrégué et la médicalisation du corps noir du XIXe siècle jusqu'à l'époque contemporaine. Elle s'intéresse particulièrement à la politisation de la science et des pratiques psychiatriques, notamment en ce qui concerne les notions de citoyenneté, de responsabilité et de droits civiques. En s’appuyant sur la construction de « l'apartheid médical » dans les hôpitaux américains, ses travaux retracent l’histoire des espaces psychiatriques qui confinent les patients noirs et s’intéressent aux développements des théories psychiatriques qui définissent le corps noir comme porteur de pathologies spécifiques. En conjuguant les méthodes archivistiques à une enquête qualitative, ses recherches doctorales retracent les différents régimes par lesquels la notion de “blackness” a été jugée pertinente par les psychiatres américains pour naturaliser les différences corporelles, jusqu’à l’époque contemporaine. »

Dernières actualités

Faire un don

Faire un don

S’inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Fondations et Partenaires